Livre : « Chère Scarlet » de Teresa Wong

Note : 8/10

Editeur : Dunod
128 pages

Quatrième de couverture :

Dans ce roman graphique intime et émouvant, Teresa Wong écrit et illustre l’histoire de sa lutte contre la dépression post-partum sous forme d’une lettre à sa fille Scarlet. Déchirant et drôle, Chère Scarlet rend parfaitement compte du désespoir silencieux de celles qui souffrent de dépression post-partum et du profond sentiment de culpabilité et d’incompétence. Chère Scarlet est un parcours poignant et profondément personnel à travers les complexités de la nouvelle maternité, offrant de l’espoir aux personnes touchées et l’assurance qu’elles ne sont pas seules

20200429_154014

Mon avis :

Une BD qui pour moi m’a rappelé des souvenirs. Nous ne sommes pas toutes égales face à la maternité.

Nous sommes dans une société ou on nous pousse dans un schéma tous fait pour nous. Quand tu te maries après il faut logiquement avoir un enfant dans l’année qui suit.
Pour notre part on avait attendu un peu avant d’avoir Lucas on voulait profiter de nos moments à deux. On m’a même demandé si on avait des soucis pour concevoir un enfant. J’étais effaré de la question ! Comment peut-on poser ce genre de question. Lucas va avoir 5 ans en août et tout le monde nous demande depuis ses 1 an « alors le petit frère ou la petite soeur c’est pour quand ? » Mais laissez-nous tranquilles à la fin.

Quand l’auteure parle de son mal-être à la maternité je m’y suis retrouvée j’avais qu’une envie c’est de rentrée à la maison car je n’arrivais pas à dormir et les infirmières peu aimables.

Et l’allaitement comment dire … J’ai eu un fou rire en lisant ce passage car je m’y suis retrouvée totalement. « C’est naturel », « Ce n’est pas normal de ne pas allaiter son enfant » les remarques ont été assez piquantes également j’ai beaucoup pleuré car l’allaitement c’est très mal passé et on me renvoyait l’image de la mauvaise mère qui n’arrivait à donner son lait. Avoir eu ses réflexions m’a fait très mal car je n’étais pas bien à ce moment-là. J’aurais eu besoin de soutien à ce moment-là. Que l’on me dise que ça arrive qu’il ne fallut pas que je me tracasse. A la maternité les infirmières m’ont fait essayer toutes les positions possibles pour allaiter Lucas mais en vain. Moi qui suis très pudique j’ai eu beaucoup de mal avec ce moment où on me tripotait les seins à me faire mal pour me dire comment faire.

Donc OUI des femmes font des dépressions post-partum et ça ne devrait pas être aussi tabou. Pour ma part, une fois à la maison dans mon cocon je me suis vite senti mieux. J’ai eu une sage-femme en or qui m’a accompagné avant et après mon accouchement qui à été a mon écoute et je reviendrais la voir si un deuxième enfant pointe le bout de son nez.

Une lecture que je recommande pour les futures mamans mais aussi à toutes les femmes ce sujet ne doit pas rester tabou.

Un commentaire sur “Livre : « Chère Scarlet » de Teresa Wong

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s